Maison extra-muros

[1]

3 Juin 1868

Dans le bois à cent trente mètres environ de l’entrée de la voie du Rebours, en dehors des retranchements, on a rencontré au bord de la voie, à droite en descendant, l’emplacement d’un atelier de forgeron ou fondeur. La maison était en bois, car il n’existait pas de murailles, elle n’était reconnaissable qu’aux circonstances suivantes : au dessous de la couche d’humus noir formée par le détritus du bois et épaisse de 050 on rencontrait une couche de terre glaise jaune tamisée et battue, épaisse de 0,30 à 1 mètre.

Cette couche reposait elle même sur un lit épais de 20 centimètres, à 050, en moyenne composé d’une masse compacte de cendres charbon fin. Quelques débris de très menus ossements dont l’un, au contact avec du cuivre était pénétré d’une couleur verte luisante, avaient fait supposer d’abord une sépulture, mais les observations qui résultèrent de la suite de la fouille ne laissèrent pas longtemps dans le doute. L’aire avait 2′,56 de façade sur la voie, dimension qui rappelait exactement celles de la maison du fondeur, n° 10 au Champlain. Elle avait sur l’autre face

La couche de charbon était remplie de tessons de poteries, de scories et de débris d’objets en fer, des fragments de bronze parmi lesquels le haut d’une fibule, des creusets, suivre au verso 3

[3]

Carnet de fouille n° 2 (1868), p. 3.

des terres cuites de clayonnages

On remarquait parmi les poteries un petit fragment d’une  ornementation singulière, qui n’avait pas été rencontrée encore dans les fouilles. elle consistait en un grand feston à angles aigus, dont les pointes étaient ornées d’un cercle au dessous d’une bande légèrement renflée, dessinée par deux lignes creuses. Un second fragment, large à peine de deux centimètres, appartenait néanmoins à un vase strié semblable à  celui qui fut trouvé en 1867 dans les substructions de la maison des retranchements, N° du Champlain.

Des fragments de poteries de toute nature les accompagnaient, les unes complètement rudimentaires, les autres d’une  certaine finesse et bien vernies, mais en noir.

[2]

La situation de cet atelier en dehors de l’enceinte indiquait donc qu’un certain nombre d’habitations isolées étaient dispersées aussi autour de l’oppidum. Sa situation au bord même de la principale voie évitait aux colons voisins de monter, pour de menues réparations, jusqu’à l’intérieur de l’oppidum dont l’entrée, en temps de troubles pouvait être subordonnée à certaines restrictions. On sait du reste que même en temps de guerre une partie des gens gauloises campaient hors des remparts (Caesar VII Gergov.) Elles trouvaient ainsi à faire réparer sur place leurs armes ou leurs outils. L’atelier en question était, par exemple, assez voisin du Mont Glandure qui devait forcément être occupé par une tribu, en temps de guerre.

Carnet de fouille n° 2 (1868), p. 1-3.
Transcription Christine et Jean-Claude Seignol



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2020, 4 janvier). Maison extra-muros. Bulliot, Bibracte et moi. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lw4a

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.