Transkribus lauréat de l’Horizon Impact Award 2020

Transkribus figure parmi les 5 lauréats de l’Horizon Impact Award 2020. Ce prix décerné par la Commission européenne récompense des projets de recherche innovants au fort impact social – et en ce qui concerne Transkribus, l’accès aux archives et aux documents historiques :
https://ec.europa.eu/info/research-and-innovation/funding/funding-opportunities/prizes/horizon-impact-award_en#what

Revue de presse et bibliographie du projet Bulliot, Bibracte et moi

Le billet de blog sur le projet BBM à la une d’Hypothèses.

« Bulliot, Bibracte et moi », La Gazette de Bibracte, 5 septembre 2019 [lire en ligne].

« Bulliot, Bibracte et moi… L’aventure est lancée », La Gazette de Bibracte, 27 septembre 2019 [lire en ligne].

Jean-François Perret, « Bulliot va passer à l’ère numérique », Le Journal du Centre, 6 octobre 2019, p. 2-3.

Jean-François Perret, « L’informatique et l’intelligence artificielle pour « démocratiser » les carnets de fouilles de Bulliot, découvreur de Bibracte », Le Journal du Centre, 6 octobre 2019 [lire en ligne].

Jean-François Perret, « Du temps de Gaulois à l’ère numérique », Le Pays, 14 novembre 2019, p. 3.

« Bulliot, Bibracte et moi, #épisode 2 », La Gazette de Bibracte, 22 novembre 2019 [lire en ligne].

J.-P. Girard, E. Perrin, J.-P. Guillaumet, P. Chassignet, « Une seconde vie pour les archives archéologiques : les amateur.e.s à la rescousse ! », ArchéOrient – Le Blog , 6 décembre 2019 [lire en ligne].

C. Depalle et J.-P. Girard, « “Bulliot, Bibracte et moi” une expérience de sciences participative en archéologie », Culture et Recherche, « Recherche culturelle et sciences participatives », n° 140,  2019, p. 78 [lire en ligne].

« Bulliot, Bibracte et moi, #épisode 3 », La Gazette de Bibracte, 31 mars 2020 [lire en ligne].

P. Chassignet et E. Perrin, « L’animation virtuelle du projet participatif Bulliot, Bibracte et moi », Webinaire Particip Act, « Participer depuis chez soi. Le confinement : source d’innovations pour les recherches culturelles participatives ? », 7 juillet 2020 [voir la vidéo].

 

Dédicace du Congrès scientifique de France

Congrès scientifique de France

9 septembre 1876

 Le congrès scientifique de France, réuni

au BEVVRAY pendant sa XLII : session

a décidé à l’unanimité, l’inscription suivante

sur le mur de la maison de M. Bulliot.

AEMULE SI POTES ET

NOSTROS IMITARE

LABORES

Envieux, si tu le peux aussi,

imite notre œuvre.

Remarques sur la dédicace latine

Cette dédicace est la copie, presque intégrale, d’une autre découverte sur un monument par A. Héron de Villefosse, au cours d’une mission  l’année précédente, en 1875, en Algérie. Celle-ci était la suivante : « Aemule, si qui potes, nostros imitare labores. », qui peut se traduire par : « Envieux si tu le peux de quelque manière, imite notre œuvre. »

Cette dédicace est versifiée : c’est un hexamètre dactylique, vers classique de la poésie latine.

Cela implique donc qu’un des membres de ce congrès scientifique avait eu connaissance de cette dédicace découverte en Algérie. La légère altération ( « et » à la place de « qui ») prouve que la personne ne l’a pas recopiée mais en a eu la réminiscence. Elle a su remplacer le terme manquant en latin par un autre de même valeur pour garder le schéma de versification (mot d’une syllabe). Cela pouvait être un archéologue, ami ou proche d’Antoine Héron de Villefosse, archiviste paléographe et archéologue,  nommé membre de la Commission de Topographie des Gaules en janvier 1876. Jacques-Gabriel Bulliot était un correspondant de cette même Commission depuis 1865.

NB : pour de plus amples renseignements sur la dédicace d’Algérie, on peut se reporter à l’article de Messieurs Thévenot et Dupuis : « C’est à la hauteur de Ras el-Ma qu’en 1875 A. Héron de Villefosse, au cours d’une mission en Algérie, découvrit, surplombant l’oued d’une vingtaine de mètres, un petit mamelon couvert de ruines connu alors sous le nom d’Henchir Fegousia. (…) Il découvrit également plusieurs inscriptions, une épitaphe : D(is) M(anibus) s(acrum);/ C(~-) Primu/s anis uics/it LXXXX, m(ensibus) IIII, eredes eius / patri mer<en>ti (C, 2522), un « tombeau en forme de caisson », surtout deux pierres portant sur leurs faces opposées deux textes distincts se complétant d’un bloc à l’autre. On pouvait donc lire d’un côté Aemule, /si qui potes, // nostros imi/tare labores et de l’autre Sibeneuoluses, /gaude ! // Simaleuolus es, /geme ! [CIL 2521). »

 In Morizot Pierre, Dupuis Xavier, Moenia quisque facit famae eternae studet ille . La dédicace versifiée des praedia d’un clarissime à Henchir Fegousia (Numidie méridionale), Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 145ᵉ année, n. 2, 2001, p. 893-917 [lire en ligne].

Transcription, traduction et annotation : Marie-Hélène Lidec

Voir aussi le « Rapport sur l’excursion faite le samedi 9 septembre 1876 au mont Beuvray », Congrès scientifique de France, quarante-deuxième session tenue à Autun du 4 au 13 septembre 1876, volume 1, Dejussieu, 1877, p. 79-97 [lire en ligne].

Webinaire Participer depuis chez soi

Participer depuis chez soi
Le confinement :
source d’innovations pour la recherche culturelle participative ?
Webinaire
mardi 7 juillet de 14h30 à 17h30
  Suite à votre inscription, un lien pour la connexion vous sera envoyé quelques jours avant le webinaire.
En partageant les initiatives et innovations de recherches culturelles participatives qui sont nées, ou ont connu un regain particulier, lors de la période du confinement, le réseau Particip-Arc* souhaite porter un regard réflexif sur cette situation particulière afin de relater la façon dont elle a impacté les projets, fait évolué les modes de fonctionnement, généré de nouvelles pratiques. L’objectif est de dégager des innovations et/ou amplifications thématiques, techniques ou sociales qui permettent d’appréhender les sciences participatives dans toutes leur diversité et leur développement.
 
Exemples de communications présentées
« Les modifications des espaces sonores depuis le confinement »
« La recherche culturelle participative comme première forme de co-construction d’un collectif pour amorcer le passage au ‘monde d’après’  »
« La crise Covid : un accélérateur pour l’open science, la production de commun et l’ouverture aux milieux maker pour les recherches culturelles participatives »
« L’école dans les nuages : répondre au confinement par des formes de création participative en réseau »
 
Au cours de la période de confinement, de nombreux projets participatifs, directement liés à cette situation particulière, ont émergé, et une participation accrue sur certains projets préexistants a également été observée. Cet accroissement significatif de la participation met en lumière un besoin de collectif, de communauté, de réseau. En ces temps où les relations sociales restent limitées, cette envie d’interaction passe nécessairement par une participation en ligne via des outils numériques.
Dès lors, de nombreuses questions peuvent se poser : de quelle façon cette dynamique, observée dans de nombreux secteurs, s’est appliquée au domaine de la recherche culturelle ? Quels sujets nouveaux ont émergé, quels sont ceux qui ont été réinvestis par une participation accrue, et pourquoi ? Cet accroissement des recherches participatives en période de confinement a-t-il permis un élargissement des types de participants ? Cette situation a-t-elle généré de nouvelles méthodes de travail, créé des innovations sur les plans technique, scientifique, organisationnel ou encore social? De quelle façon les nouvelles formes de participation observées dans le domaine culturel (à l’exemple des défis) interrogent les recherches culturelles participatives ? Quels enseignements en tirons-nous pour les prochaines années ?
Les réflexions et questionnements amorcés lors de ces séquences seront prolongés et approfondis lors d’une série de séminaires organisés à l’automne.
 
* Particip-Arc est un réseau d’acteurs engagés dans la recherche culturelle participative. Ce réseau est soutenu par le Ministère de la Culture. www.participarc.net
 

 

Un bien pour toujours. Une dédicace en grec ancien de l’Album des visiteurs

La Légende raconte que se dressait
à cet endroit, autrefois,  peuplée de Gaulois,
une importante forteresse, mais moi, qui en archéologie
n’ai jamais eu de connaissances précises, je m’en soucie
comme d’une guigne. Quoi qu’il en soit, devant Zeus
et les nymphes du lieu, devant la déesse
Bibracte et le vieillard semblable à un dieu,
prêtre de la déesse, aussitôt monté, je me prosterne.

3 septembre 1896.
Louis Guignot.

ΚΤΗΜΑ ΕΙΣ ΑΕΙ

Ό Μῡθος ἀναφἐρει ὅτι ἔστηκεν
ἐνταυθὶ πάλαι ἀνδρῶν Γαλατῶν μέγα
φρούριον͵ ἀλλά μοι͵ ἅτε τὰ ἄρχαια
μηδέποτε σαφῶς εἰδότι͵ ταῦτα πάντως
ἀμέλει. Τὸν μέντοι Δία͵ καὶ τὰς τοῦ
τόπου νύμφας͵ καὶ τὴν θεὰν τὴν
Βίϐρακταν͵ καὶ τὸν ἀντίθεον γέροντα͵ τὸν τῆς
θεᾶς ἱερέα͵ ἀναϐὰς ἤδη προσκυνῶ.

3 septembre 1896.
Louis Guignot.

Ce texte en grec ancien a été écrit avec un soin particulier, tant au niveau de la graphie que de la langue grecque. Louis Guignot devait être un fort en thème grec ! Il adopte un ton léger, digne d’un potache, n’hésitant pas à souligner le grand âge de Jacques-Gabriel Bulliot, 79 ans en 1896,  même si le terme grec γέροντα  (géronta) évoque tout à la fois chez les Grecs, la vieillesse et la sagesse. Il a recours à un jeu de mots en rapprochant ἀναϐὰς (anabase),  participe passé du verbe « monter » et προσκυνῶ  (proskuno) : « je me prosterne », le soulignant par l’adverbe ἤδη  (édé) : « aussitôt ». Comment ne pas penser à un personnage tout droit sorti d’un film comique, Charlot ou Monsieur Hulot ?

C’est en accord avec ce ton que je propose de traduire  μοι πάντως  ἀμέλει  (moï panthôs améleï), qui signifie : « pour moi absolument pas d’inquiétude », par « je m’en soucie comme d’une guigne », clin d’œil au patronyme de ce visiteur.

Il n’en reste pas moins que, sous un aspect de dilettante, Louis Guignot, fin lettré,  rend hommage à Bulliot. S’il inscrit le site dans la Légende avec le terme Μῡθος (Muthos) placé en tête avec une majuscule, en choisissant comme titre une citation de Thucydide tirée de La guerre du Péloponnèse (1,22), il place Bulliot sous les auspices de celui qui est considéré comme le premier historien pour avoir eu conscience de faire une œuvre comme « un bien pour toujours », en cela qu’elle avait pour but de débusquer des vérités pouvant s’appliquer à d’autres temps. Il renvoie Bibracte à un contexte ancien : πάλαι (palaï) : « autrefois », τὰ ἄρχαια (ta arkhaïa) : « les choses anciennes », traduit par « archéologie » pour rappeler le terme grec. Mais il l’installe dans une réalité précise : un lieu ἐνταυθὶ  (èntauthi) : « à cet endroit », appelé plus loin  Βίϐρακταν : Bibracte, habité par des hommes clairement identifiés ἀνδρῶν Γαλατῶν  (andrôn Galatôn) : « des hommes Galates », les Gaulois. Il montre ainsi clairement qu’il se range à l’avis de Bulliot en faisant de ce lieu la capitale des Eduens. De plus, en invoquant les divinités grecques : Τὸν Δία (Dia) : Zeus, τὰς νύμφας (tas numphas) : « les nymphes », et païenne : τὴν θεὰν τὴν Βίϐρακταν (tèn théan tèn Bibractan) : « la déesse Bibracte », et en faisant de Bulliot son prêtre : τὸν τῆς θεᾶς ἱερέα  (hiéréa), semblable à un dieu : ἀντίθεον  (antithéon), Louis Guignot se place en disciple du grand maître.

Les recherches permettent de cerner le personnage qui fait partie du cercle rapproché des admirateurs de Bulliot. Âgé de 34 ans, il est né le 24 avril 1862 à Autun d’un père menuisier. Licencié ès Lettres, il est à cette date professeur de rhétorique au collège d’Auxonne et, depuis un an tout juste, le 4 septembre 1895, membre de la Société Éduenne, présidée par Bulliot.

Transcription, traduction et annotation : Marie-Hélène Lidec

Le Fou du Loup

On voit sur le sommet du Beuvray à droite de la voie, à l’extrémité de la montée rapide qui débouche sur le plateau un hêtre appelé le Fou du loup. La veille de la Pentecôte 1815, cet arbre servit de refuge à divers gardiens de bétail, attaqués par un loup enragé.

E. Geoffroy Saint-Hilaire, F. Cuvier, Histoire naturelle des mammifères, t.II, Paris, C. de Lasteyrie, 1819.

Une femme de Les Chenaux amenait son bétail pacager dans la Côme Chaudron et aperçut le loup. Elle ferma la barrière devant le loup qui reprit la voie venant du Rebours au Beuvray, en longeant la pâture dans laquelle était restée la femme, elle revit le loup à la jonction des deux routes de Les Chenaux et du Rebours. Elle prit le premier de ces chemins, pour redescendre au village, et signala la présence de l’animal à trois hommes occupés à clore une haie, auprès de l’Écluse. Ils montèrent au sommet du plateau, armés l’un d’un vouge, l’autre d’une hache, le troisième, d’un pieu. Aussitôt arrivés, ils crièrent pour attirer le loup, qui se présenta et sauta, se dressant sur deux pattes sur celui du milieu. Son voisin lui fendit le ventre d’un coup de hache, l’autre lui brisa les reins d’un coup de vouge.

[Les bergers défendant leur troupeau] estampe de Jacques Callot.

Les Bergers avant leur arrivée, poussaient des cris de désespoir. Le loup se précipita sur une femme qui le saisit à bras le corps et le terrassa en appelant au secours les autres pâtres, réfugiés sur le fou du loup, mais personne ne consentit à descendre, et elle fut dévorée, une autre femme, attaquée par lui se défendit en lui jetant, pièce à pièce diverses parties de son costume, et put ainsi atteindre l’arbre où elle monta. Le loup marchait avec une rapidité extraordinaire, il mordit tout le bétail et la femme descendant de son arbre à la faveur de cette diversion, put revenir à Les Chenaux, où elle fit rougir une pelle de feu et cautérisa ainsi elle-même sa blessure. Les gens de Les Chenaux ne travaillent pas ce jour et font dire une messe commémorative. L’un des trois hommes cités plus haut fut mordu au visage (il se nommait Romain) et resta deux ans sans prendre de mal, mais un jour qu’il était couché sous une haie, un chien s’approcha de lui et lui flaira les jambes. La répulsion fut telle qu’il prit la terrible maladie. Les gens du lieu sont convaincus que le DGeoffroy lui donna des remèdes pour le faire périr.

Carnet de fouille n° 4 (1870), p. 42-43.
Transcription Isabelle Lagoutte


Bibliographie

Romain Baron, « Les loups en Nivernais », Mémoires de la Société académique du Nivernais, tome LVII, 1971.

Jacques-François Baudiau, Le Morvand ou Essai géographique, topographique et historique sur cette contrée, Nevers : impr. de Fay père et fils, 1865-1867, 2e éd., p. 356 . En ligne sur Gallica.

« Les loups dans le Morvan », à lire en ligne sur le site Eulglod/Morvan.

 

Liste générale des objets trouvés dans la maison du forgeron de la porte du Rebours

[15]

1868

Carnet de fouille n°2 (1868), p. 15-16.

fragment d’enclume beau vase entier avec ornements lenticulés
tenaille autre vase noir avec larmes, trouvé  dans une sépulture sous la maison.
coin ou ciseaux, acier. 10 poteries fines ornementées, noires et grises
écuelle avec pied
4 pierres à aiguiser 12 débris d’écuelles diverses  dont deux grises terre fine
une petite rouge fine
coin ou pierre dure à aiguiser 20 débris d’assiettes diverses
silex 12 cols de vases
grain de collier en bronze 120 tessons divers
couvercle en terre jaune ornementé débris de Filtres à [lactose]
15 tessons arrondis grand galet plat.
grosse clé en fer fragment, 1 galbe complet, d’une  petite coupe rouge en terre  fine et très élégante,, trouvée  avec le grand vase dans la même  sépulture.
lance en fer fragment important d’une  assiette en belle terre grise, 1 galbe complet.
fragment de meule de moulin
clouterie, scories de fer, 90 objets oxidés.
anneau et deux fibules, bronze
objet de bronze massif inconnu
style ou poinçon en fer
petits ossements. bronze oxydé
22 débris de creusets vitrifiés
scories et vitrifications
rondelle de fer creuse, pierre au milieu
35 clous de fer conservés
petite douille en fer, creuse,
4 médailles gauloises.

[16]  observations sur la tenaille

La tenaille en fer est conservée à l’époque galloromaine. Sa  forme est signalée comme romaine par Mr Quicherat. (rapport  du Mis de La Grange, sur les fouilles du Beuvray Sorbonne 1868;  Elle existe en effet sur une pierre tumulaire du musée de Sens  et sur une autre du musée d’Autun. Cette observation est-elle  suffisante pour refuser aux Gaulois cet utile instrument. Un objet aussi usuel et d’un emploi aussi indispensable pour manier le métal incandescent a dû être une des premières inventions de  l’industrie humaine. A l’époque où la maison du Forgeron  du Rebours était occupée les Gaulois avaient parcouru l’Italie,  les Eduens étaient en rapport avec les Marseillais, leurs forgerons  s’ils ne la connaissaient pas, à une date plus reculée, avaient certainement emprunté aux étrangers un outil d’une  aussi absolue nécessité. Les trois médailles gauloises  et les autres objets gaulois trouvés dans la  maison peuvent servir de date.

Carnet de fouille n° 2 (1868), p. 15-16.
Transcription Didier Vernet

Trous de poutres

Carnet de fouille n° 3, Beuvray CC 1869, p. 96-97.

[97]

Bien que le quartier des forges et surtout les  maisons d’orfèvres aient dû représenter une certaine  richesse, aucun luxe apparent ne s’y est révélé.  Les établissements y sont vastes, composés de plusieurs  compartiments, mais presque tous n’étaient bâtis qu’en bois, et la pierre de taille y apparait à peine,  ces maisons de bois sont généralement enfouies à  une certaine profondeur de un  à deux mètres, leurs trous poutres sont partout accusés d’une manière certaine. Nous parlerons une dernière fois de ce signe de reconnaissance des habitations enfouies des Gaulois, aucune uniformité  ne règne ni dans la profondeur ni dans l’agencement de ces trous, sur le bord de la voie où le sol est dur et pierreux,  et le béton coulé très dur et où les boutiques temporaires peut-être ne formaient certainement qu’un hangar en rez de chaussée, les trous ne dépassent pas  025 à 030 de profondeur, pour des bois de 0,20 à 0,25 de diamètre. La carcasse de la construction, très régulière, du reste, n’était pour ainsi dire que posée sur le sol et devait surtout sa solidité à l’agencement de sa structure,  mais dans les maisons chargées d’une lourde toiture  et de faitages plus élevés, les bois devaient à la  profondeur de leur enfouissement une partie notable  de leur fixité. Cet enfouissement atteint [98]  jusqu’à 0,60 et même 0,70. On serait parfois  tenté de croire qu’ils ont été posés debout  sur le sol excavé et ensuite enterrés dans  un remblai subséquent, surmonté du béton.  Leur empreinte ronde est moulée avec une précision si parfaite dans la couche ambiante, qu’elle ne pourrait s’expliquer par une excavation creusée simplement pour recevoir le pilier. Le sol environnant dans ce  cas, aurait été irrégulièrement attaqué, et le  tassement même au pilon aurait  produit difficilement une pareille homogénéité. Les trous quelquefois sont pavés, comme dans  le grand atelier des forgerons, et revêtus intérieurement de pierres, placées pour les consolider et  forcées à coups de masse. Ce travail  a pu être opéré dans les deux systèmes, et la  pierre parait surtout remplir un rôle d’assainissement. Les bois étaient indistinctement ronds ou carrés, on en trouve même d’oblongs, et  dont la forme indique évidemment des pièces   désciées dans de gros arbres. L’un d’eux au n°24  n’a que 0,10 de diamètre sur une face et 0,32 sur l’autre. Il est parfaitement muraillé partout sur 0,40 de profondeur. celui  de l’angle voisin a 0,65 de profondeur.

Les trous, la plupart du temps, marquent  les contours de la maison avec une ligne de division de l’avant à l’arrière pour supporter le faitage, mais dans les constructions tant soit que  étendues, il existe plusieurs lignes de [99] poteaux à l’intérieur.

Carnet de fouille n° 3, Beuvray CC 1869, p. 97-99.
Transcription Bruno Ragon

Champlain. Maison n° 13

Champlain

Fouilles du Beuvray
1867.
Maison n°13

Plan de la maison n° 13, quartier du Champlain, Carnet de fouille n° 1 (Champlain 1867), p. [25].

Cette maison dont la façade, en bois selon toute apparence, a disparu, longeait le côté gauche de la voie du Rebour  comme les précédentes. Elle était séparée du n°12 (maison  du puits) par une bande de terre de 6m de large, et du  n°14 qui lui fait suite, du même côté de la voie, par  une autre bande de trois mètres. Elle de compose de  quatre compartiments dont trois en façade et un plus  petit à l’arrière. Bien que séparés par des murs de  refend et établis à des niveaux différents par suite de la  pente ascendante du chemin, leur mitoyenneté les a fait considérer comme dépendant d’une même habitation.

Le compartiment  A, voisin du n°12 est enfoui à 1,80  sous le gazon, le mur du fond a 1,30 de haut. Celui de droite  n’a plus que 4 de long, mais on a reconnu sa trace jusqu’à près  de 7m. Ces murs se terminaient souvent par une poutre debout  en guise d’écarries. Celui de gauche, séparatif de B a 0,75 (1)  d’épaisseur et 5,30 de long. La largeur de la pièce est de 4,20 sur  7m environ de long, la détérioration des extrémités de mur ne permettant pas de préciser. A point 02 angle S.O. étaient quatre fonds d’amphores avec des  ossements, un autre était maçonné dans le mur, mais sans  traces cinéraires. De nombreux clous indiquaient que les  vases et les restes funéraires avaient été enfermés dans une  caisse de bois avec ceux de divers animaux. Deux grosses dents, dont une de cheval, de menus os  pourris. Le tout reposait sur une aire en terre dure  dans un massif de pierres de 2m de long sur 0,60 d’épaisseur. Une médaille gauloise à 1,20 de profondeur,  avec des débris d’urne, et une autre à l’angle N.O. au milieu  d’ossements décomposés.

On recueillit à l’intérieur du compartiment des poteries, un galet de rivière, un bloc de pierre calcaire blanche, un de scories de fer, une longue pointe d’amphore de 030 une pierre à aiguiser, très dure, de 015 de long sur 0,12 de large sur les deux faces de laquelle l’usure d’outils pointus avait creusé de profondes rainures, quelques tuiles à rebords

(1) Cette épaisseur inusitée représenterait-elle deux murs juxtaposés, sans mitoyenneté ?

Carnet de fouille n° 1 (Champlain, 1867), p. [23].
Transcription Sylvie et Jean-Robert Grousset

Liste des objets trouvées dans la tranchée extérieure de la muraille de Bibracte et dans le fossé

[43]

Carnet de fouille n° 1 (Champlain, 1867), p. [43].

5 ou 6 juin 1868 près du fossé
à 0,15 de profondeur à 16m en avant
de la muraille, petite colombe
en bronze, à l’extrémité d’une tige menue comme un style, et brisée . et 10 juin
une poterie rouge fine à estampille illisible.

Au pied de la muraille

fiches en fer à l’orifice des vides laissés par les poutres dans la muraille.

5 juin Médaille gauloise trouvée à 2m,30
de profondeur avec le quart d’un bracelet en verre bleu. trouvée par Doreau.
6 juin

Lamelle et petit outil en fer.

10 juin Médaille gauloise trouvée à 1m30
de profondeur, talus extérieur
du fossé, par Martin

11 juin

 gros fragment d’une sorte de
casse tête en silex ou caillou poli

idem

Manche en fer avec un anneau à l’extrémité, trouvé dans le fossé, à 1m
de profondeur.

du 5 au

Pièces et scories de fer, gros clous débris d’amphores, vases en terre noire – grossière.

10 juin

Médaille gauloise frustre trouvée
à 0,90 de profondeur, dans le fossé,
par Dhozier.

11 juin

Moitié d’un grand bronze fruste à fleur du sol, imitant un G.B. de la colonie de Vienne, trouvé l’an dernier. trouvée par Pauchard

11 juin

Médaille gauloise trouvée dans
le fossé, à 1m de profondeur
par Dhozier.

11 juin

Fiche en fer brisée, d’une poutre de la muraille, trouvée debout, en place (Pauchard Lazare)

13 juin

Médaille gauloise trouvée à 2m de profondeur dans la construction rectangulaire qui flanque le fossé dans la Redoute du Rebours, elle était à l’angle N.E. au pied de la muraille

 

15 juin

Plusieurs fiches en fer trouvées à l’orifice des excavations des poutres, à la base de la muraille du Rebours, (par Lavalette)

17 juin

médaille gauloise et grand bronze fruste, trouvés à 2m70 de profondeur, angle Sud Ouest de la construction extérieure du fossé du Rebours par [Alexandre] Joseph.

[44]

17 juin 1868

Médaille gauloise trouvée par
Martin Antoine, au pied de la
muraille, face septentrionale de
la Redoute du Rebours.

17 juin

Dans la muraille d’enceinte près du retour d’angle à la porte du Rebours, gros débris de meule ayant un trou dans la circonférence pour placer un baton.

Idem

Médaille gauloise trouvée dans
le fossé extérieur de la Redoute
du Rebours à 1m35 de profondeur
par Duvernoy, (avec des os brulés)

22 juin

Enorme fragment de brique rouge épais de trouvé isolément dans la terre, en avant de la muraille, le

 

Idem

Pierre à aiguiser, quadrangulaire
tranchée en avant du mur face ouest,
de la Redoute du Rebours.

idem

Dard en fer d’un projectile de machine.

Idem

Fragment de pierre verte, poli, d’une
hache ou pierre à aiguiser. Fossé
du Rebours. Gauthey jean.

13 juillet

Médaille gauloise trouvée
dans le compartiment de la voie,
du fort extérieur du Rebours.

Cercles de verre à couleurs mélangées, de 0,02 à 0,03 de diamètre percés d’un gros trou au milieu pour être enfilés.

Idem

Diverses fiches en fer trouvées dans
le fossé.

22 juin

Fragment de bracelet en schiste bitum
ineux avec moulures, trouvé dans le
fossé par J. G. Bulliot, non loin du fragment
de bracelet en verre bleu, trouvé précédemment.

19 id

Médaille gauloise trouvée par Doreau
au pied du mur d’enceinte face ouest
du Rebours.

Id

Médaille gauloise brisée d’un coup de
pioche, par Martin, près de la précédente

Idem

[Fer oxydé], creux, comme un boulet,
07 de diamètre, trouvée auprès de la construction extérieure du fossé, dans une couche de charbon, avec assiette et poteries gauloises.

Carnet de fouille n° 1 (Champlain, 1867), p. [43-44].
Transcription Myriam Guillaumet

Maison n° 11 en pierre (Champlain)

Plan de la maison 11 quartier du Champlain, Carnet de fouille n° 1 (Champlain 1867), p. [17].


[17]
Cette vaste maison était un atelier de fondeur, détruit  par un incendie. Tout à l’entour et à l’intérieur existent des masses compactes de charbons.

B

au pied du mur et à l’angle N.O. à 1m55 de profondeur, grande urne brisée, dont le fond plein de cendres, parmi lesquelles les débris d’une fibule en bronze. Sous l’urne, couche compacte de cendres et d’ossements  décomposés, de ,05 d’épaisseur . L’urne était dans une petite case de 0,85 de diamètre, entourée et recouverte de pierres. La fibule était  accompagnée d’un petit fragment de vase mince,  en terre blanchâtre, et d’un autre gros débris extrêmement  grossier

H encoignure dans la maçonnerie pour recevoir  une poutre debout, ou pilier de toiture comme au n°19 et au  n°10.

[18]
La fibule citée précédemment était accompagnée d’un petit fragment  de vase mince en terre blanchâtre et d’un gros débris de poterie grossier.  Dans le compartiment B fond d’urne avec une pierre à aiguiser,  en forme de hache, longue de 0,07.
À l’angle S. O du grand compartiment, au pied du mur, à  1,40 de profondeur, petite médaille gauloise argent cheval au  revers, trouvée dans un fond de vase en terre noire et d’une  fabrication très grossière, avec des cendres et menus ossements.  à l’extrémité nord du même mur, une médaille de GERMANVS
H dans un terrain fouillé, six fonds et un grand goulot d’amphore avec de nombreux ossements cendres charbons 1m de  profondeur. Débris d’un chaudron en bronze et extrémité de l’anse . Il accompagnait l’urne dont le goulot était entier.  Nombre considérable de poteries de toute nature. Terrain imprégné partout d’oxyde de cuivre, et parsemé de gouttelettes et de bavures du même métal. Deux extrémités d’anses en bronze avec  têtes de canards au bout. Clous de bronze. Meule en granit rose. Blocs de calcaire oolitique, destinés à faciliter la fusion des métaux.
Fragment d’agate, poli et transparent.
Couche continue et épaisse de charbons et cendres mélangés de débris de cuivre, parmi lesquels une pièce gauloise
Deux ciseaux en acier pour couper le fer
Nombreux débris de creusets et de vases
Objets en fer.
Sépultures partout, indépendamment du  fond de vase qui contenait une  médaille gauloise, accompagnées d’ossements humains et d’animaux,  des dents de chevaux, et d’objets en cuivre.

Carnet de fouille n° 1 (Champlain 1867), p. [17-18].
Transcription Isabelle Lagoutte

Champlain n° 17

C P                             Mont Beuvray                       Fouilles de 1867
Champlain
n° 17

Plan de la maison n° 17, quartier du Champlain, Carnet de fouille n° 1 (Champlain 1867), p. [31].

Cette maison n’a conservé de muraille que sur une  partie de la cloison du midi et parait avoir été en bois  excepté sur le point indiqué. Les trous de poutres qu’on  y a rencontrés en sont l’indication. L’aire était calcinée  et recouverte de charbon. On trouve à l’intérieur une  amphore cinéraire avec des os, du charbon, des poteries.  À coté était un creux cinéraire creusé dans une aire très  dure, et voisin d’un autre creux de 0,10 de diamètre et  de 0,20 de profondeur, vide. Peut-être le premier était-il  un trou de poutre et le second une jambe de force, les observations  à cette époque n’étant pas encore assez avancées pour qu’on ait établi cette distinction. La couche de charbon  sur l’aire renfermait un second fragment de moule en pierre  avec creux demi sphérique de 0,01 de diamètre, un ressort  de fibule en bronze, une fibule de même métal, des  scories de fer, un fond de vase des poteries.

Carnet de fouille n° 1 (Champlain, 1867), p. [31].
Transcription François Chagnot

Maison extra-muros

[1]

3 Juin 1868

Dans le bois à cent trente mètres environ de l’entrée de la voie du Rebours, en dehors des retranchements, on a rencontré au bord de la voie, à droite en descendant, l’emplacement d’un atelier de forgeron ou fondeur. La maison était en bois, car il n’existait pas de murailles, elle n’était reconnaissable qu’aux circonstances suivantes : au dessous de la couche d’humus noir formée par le détritus du bois et épaisse de 050 on rencontrait une couche de terre glaise jaune tamisée et battue, épaisse de 0,30 à 1 mètre.

Cette couche reposait elle même sur un lit épais de 20 centimètres, à 050, en moyenne composé d’une masse compacte de cendres charbon fin. Quelques débris de très menus ossements dont l’un, au contact avec du cuivre était pénétré d’une couleur verte luisante, avaient fait supposer d’abord une sépulture, mais les observations qui résultèrent de la suite de la fouille ne laissèrent pas longtemps dans le doute. L’aire avait 2′,56 de façade sur la voie, dimension qui rappelait exactement celles de la maison du fondeur, n° 10 au Champlain. Elle avait sur l’autre face

La couche de charbon était remplie de tessons de poteries, de scories et de débris d’objets en fer, des fragments de bronze parmi lesquels le haut d’une fibule, des creusets, suivre au verso 3

[3]

Carnet de fouille n° 2 (1868), p. 3.

des terres cuites de clayonnages

On remarquait parmi les poteries un petit fragment d’une  ornementation singulière, qui n’avait pas été rencontrée encore dans les fouilles. elle consistait en un grand feston à angles aigus, dont les pointes étaient ornées d’un cercle au dessous d’une bande légèrement renflée, dessinée par deux lignes creuses. Un second fragment, large à peine de deux centimètres, appartenait néanmoins à un vase strié semblable à  celui qui fut trouvé en 1867 dans les substructions de la maison des retranchements, N° du Champlain.

Des fragments de poteries de toute nature les accompagnaient, les unes complètement rudimentaires, les autres d’une  certaine finesse et bien vernies, mais en noir.

[2]

La situation de cet atelier en dehors de l’enceinte indiquait donc qu’un certain nombre d’habitations isolées étaient dispersées aussi autour de l’oppidum. Sa situation au bord même de la principale voie évitait aux colons voisins de monter, pour de menues réparations, jusqu’à l’intérieur de l’oppidum dont l’entrée, en temps de troubles pouvait être subordonnée à certaines restrictions. On sait du reste que même en temps de guerre une partie des gens gauloises campaient hors des remparts (Caesar VII Gergov.) Elles trouvaient ainsi à faire réparer sur place leurs armes ou leurs outils. L’atelier en question était, par exemple, assez voisin du Mont Glandure qui devait forcément être occupé par une tribu, en temps de guerre.

Carnet de fouille n° 2 (1868), p. 1-3.
Transcription Christine et Jean-Claude Seignol

L’Album des visiteurs du Beuvray

Il existe un album des visiteurs du Beuvray, conservé par la Société éduenne des lettres, sciences et arts d’Autun. Il contient les messages laissés par les visiteurs du site de Bibracte entre 1869 et 1896. Marie-Hélène Lidec, qui participe au projet Bulliot, Bibracte et moi, a transcrit et traduit les vers latins composés par un visiteur anonyme.

Album des visiteurs du Beuvray, p. 49.

v.1 — Ad Fontem haud dudum veniebant Matris amici.

v.2 — Illius ecce domum, doctis doctissimus ipse

v.3 — Qui nuper ingenio verum Bibracte repertum

v.4 — Monstravit. Meritas jam laudes quisque parabat :

v.5 — Heu ! viduum domino tectum monet esse colonus.

v.6 — Tristitia quamvis maesti, audivere querelas,

v.7 — Proh pudor ! indigni ventris, sacroque stupente

v.8 — Monte procul, patulae recubans sub tegmine fagi,

v.9 — Quisque suum pacare cibo conatus inopem,

v.10 — Hospitis interea memor, edit vota salutis,

v.11 — Nunc quoque post reditum tibi montis numina miscet.

 

v.1 Il n’y a pas longtemps, des amis se rendaient à Fontaine-la-Mère1.

v.2 Voici la maison de ce grand homme, le plus savant des savants,

v.3 Celui-même qui récemment, par son génie, a montré où se trouvait le vrai Bibracte2.

v.4 Chacun préparait déjà des louanges méritées.

v.5 Hélas ! Un paysan prévient que le maître n’est pas au logis3.

v.6-7 Bien qu’accablés de tristesse, ils ont entendu,

v.7 Quelle honte !, leur ventre indigne crier famine,

v.7-8 Et alors qu’au loin le Mont sacré demeurait impassible,

v.8 Chacun, couché sous le couvert d’un large hêtre4,

v.9 Après avoir entrepris de pacifier son ventre privé de nourriture5,

v.10 Se souvenant pendant ce temps de l’hôte, porte des toasts à sa santé6.

v.11 Maintenant aussi après le retour, chacun mêle à ta personne les divinités du mont.


Notes et remarques

Ce sont des vers hexamètres dactyliques : 6 pieds (dactyles ou spondées avec obligatoirement un dactyle au 5° pied).

En latin, les vers se reconnaissent par la scansion, le rythme (syllabes longues ou brèves se succédant selon un schéma particulier), par exemple pour le 1° vers :

v.1-Ad Fon/tem haud /dudum ve/niebant /Matris a/mici.

L’ensemble prouve que l’auteur du texte a de grandes connaissances en latin : capacité à traduire, créer des vers qui tombent justes au niveau du schéma de scansion, et tout cela « de tête » puisque, semble –t-il, il a dû écrire le texte à l’impromptu, alors qu’il a appris que Bulliot était absent.

Il faut se rappeler que la formation à cette époque, en latin et en grec, des élèves au lycée consistait non seulement à traduire (thèmes et versions), mais à pratiquer (prose et poésie). De plus, cette personne s’inscrit dans le registre héroï-comique : la feinte solennité du style et le décalage entre le sujet (un pique-nique !) et son évocation (une « pacification de ventres affamés ») constituent un clin d’œil au lecteur, tout cela dans le contexte de Bibracte et des Commentaires sur la Guerre des Gaules de César.

1. Majuscules pour Fontem et Matris : la traduction Fontaine-la-Mère a été préférée bien que les 2 termes ne se trouvent pas à coté mais, en poésie latine, c’est fréquent à cause de la contrainte de la scansion.

2. L’auteur accorde Bibracte au masculin ; repertum : participe passé de reperio : « trouver après recherche ».

3. L’auteur passe volontairement au présent : présent de narration pour effet de surprise et rupture dans le récit au passé.

4. Citation des  Bucoliques de Virgile : Mélibée et Tityre

Églogue I – traduction en vers Henri Laignoux (1939)

Virgile met en scène deux bergers, Mélibée, dépossédé de son patrimoine, prend le chemin de l’exil. Tityre, protégé par un dieu, restera paisible possesseur de son petit domaine.

MELIBOEUS MELIBEE
Tityre, tu patulae recubans sub tegmine fagi,
Silvestrem tenui musam meditaris avena ;
Nos patriae fines et dulcia linquimus arva ;
Nos patriam fugimus ; tu, Tityre, lentus in umbra,
Formosam resonare doces Amaryllida silvas.
Mollement étendu sous l’ombre de ce hêtre,
Tu reposes, Tityre, et sur ton chalumeau
Tu charmes tes loisirs au son d’un air champêtre
Qu’accompagne à son tour le murmure de l’eau.
Et nous, Tityre, et nous ! Loin de notre patrie,
Loin de ses blonds guérets, de ses vertes prairies,
Nous fuyons. — Nous fuyons ! et lui, l’heureux Tityre,
Il apprend aux échos des forêts à redire
Le nom d’Amaryllis, ses plus chères amours…
Ah ! que puisse Tityre être heureux pour toujours !

5. Pacare : le sens de « pacifier » (de pax : la paix) a été volontairement gardé, en résonance avec la présence de César à Bibracte et de son Bellum Gallicum.

6.  Edit : 2 verbes différents mais qui ont des formes communes : edit ( avec e bref) = « manger » et edit (avec e long) = « faire sortir » ; il aurait été logique de choisir le premier puisqu’il s’agit de « calmer des ventres affamés » mais on a vota, accusatif C.O.D., donc le choix se porte sur le second, et la scansion confirme que le e de edit est long.

 

Marie-Hélène Lidec