Champlain. Maison n° 13

Champlain

Fouilles du Beuvray
1867.
Maison n°13

Plan de la maison n° 13, quartier du Champlain, Carnet de fouille n° 1 (Champlain 1867), p. [25].

Cette maison dont la façade, en bois selon toute apparence, a disparu, longeait le côté gauche de la voie du Rebour  comme les précédentes. Elle était séparée du n°12 (maison  du puits) par une bande de terre de 6m de large, et du  n°14 qui lui fait suite, du même côté de la voie, par  une autre bande de trois mètres. Elle de compose de  quatre compartiments dont trois en façade et un plus  petit à l’arrière. Bien que séparés par des murs de  refend et établis à des niveaux différents par suite de la  pente ascendante du chemin, leur mitoyenneté les a fait considérer comme dépendant d’une même habitation.

Le compartiment  A, voisin du n°12 est enfoui à 1,80  sous le gazon, le mur du fond a 1,30 de haut. Celui de droite  n’a plus que 4 de long, mais on a reconnu sa trace jusqu’à près  de 7m. Ces murs se terminaient souvent par une poutre debout  en guise d’écarries. Celui de gauche, séparatif de B a 0,75 (1)  d’épaisseur et 5,30 de long. La largeur de la pièce est de 4,20 sur  7m environ de long, la détérioration des extrémités de mur ne permettant pas de préciser. A point 02 angle S.O. étaient quatre fonds d’amphores avec des  ossements, un autre était maçonné dans le mur, mais sans  traces cinéraires. De nombreux clous indiquaient que les  vases et les restes funéraires avaient été enfermés dans une  caisse de bois avec ceux de divers animaux. Deux grosses dents, dont une de cheval, de menus os  pourris. Le tout reposait sur une aire en terre dure  dans un massif de pierres de 2m de long sur 0,60 d’épaisseur. Une médaille gauloise à 1,20 de profondeur,  avec des débris d’urne, et une autre à l’angle N.O. au milieu  d’ossements décomposés.

On recueillit à l’intérieur du compartiment des poteries, un galet de rivière, un bloc de pierre calcaire blanche, un de scories de fer, une longue pointe d’amphore de 030 une pierre à aiguiser, très dure, de 015 de long sur 0,12 de large sur les deux faces de laquelle l’usure d’outils pointus avait creusé de profondes rainures, quelques tuiles à rebords

(1) Cette épaisseur inusitée représenterait-elle deux murs juxtaposés, sans mitoyenneté ?

Carnet de fouille n° 1 (Champlain, 1867), p. [23].
Transcription Sylvie et Jean-Robert Grousset


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.