L’Album des visiteurs du Beuvray

Il existe un album des visiteurs du Beuvray, conservé par la Société éduenne des lettres, sciences et arts d’Autun. Il contient les messages laissés par les visiteurs du site de Bibracte entre 1869 et 1896. Marie-Hélène Lidec, qui participe au projet Bulliot, Bibracte et moi, a transcrit et traduit les vers latins composés par un visiteur anonyme.

Album des visiteurs du Beuvray, p. 49.

v.1 — Ad Fontem haud dudum veniebant Matris amici.

v.2 — Illius ecce domum, doctis doctissimus ipse

v.3 — Qui nuper ingenio verum Bibracte repertum

v.4 — Monstravit. Meritas jam laudes quisque parabat :

v.5 — Heu ! viduum domino tectum monet esse colonus.

v.6 — Tristitia quamvis maesti, audivere querelas,

v.7 — Proh pudor ! indigni ventris, sacroque stupente

v.8 — Monte procul, patulae recubans sub tegmine fagi,

v.9 — Quisque suum pacare cibo conatus inopem,

v.10 — Hospitis interea memor, edit vota salutis,

v.11 — Nunc quoque post reditum tibi montis numina miscet.

 

v.1 Il n’y a pas longtemps, des amis se rendaient à Fontaine-la-Mère1.

v.2 Voici la maison de ce grand homme, le plus savant des savants,

v.3 Celui-même qui récemment, par son génie, a montré où se trouvait le vrai Bibracte2.

v.4 Chacun préparait déjà des louanges méritées.

v.5 Hélas ! Un paysan prévient que le maître n’est pas au logis3.

v.6-7 Bien qu’accablés de tristesse, ils ont entendu,

v.7 Quelle honte !, leur ventre indigne crier famine,

v.7-8 Et alors qu’au loin le Mont sacré demeurait impassible,

v.8 Chacun, couché sous le couvert d’un large hêtre4,

v.9 Après avoir entrepris de pacifier son ventre privé de nourriture5,

v.10 Se souvenant pendant ce temps de l’hôte, porte des toasts à sa santé6.

v.11 Maintenant aussi après le retour, chacun mêle à ta personne les divinités du mont.


Notes et remarques

Ce sont des vers hexamètres dactyliques : 6 pieds (dactyles ou spondées avec obligatoirement un dactyle au 5° pied).

En latin, les vers se reconnaissent par la scansion, le rythme (syllabes longues ou brèves se succédant selon un schéma particulier), par exemple pour le 1° vers :

v.1-Ad Fon/tem haud /dudum ve/niebant /Matris a/mici.

L’ensemble prouve que l’auteur du texte a de grandes connaissances en latin : capacité à traduire, créer des vers qui tombent justes au niveau du schéma de scansion, et tout cela « de tête » puisque, semble –t-il, il a dû écrire le texte à l’impromptu, alors qu’il a appris que Bulliot était absent.

Il faut se rappeler que la formation à cette époque, en latin et en grec, des élèves au lycée consistait non seulement à traduire (thèmes et versions), mais à pratiquer (prose et poésie). De plus, cette personne s’inscrit dans le registre héroï-comique : la feinte solennité du style et le décalage entre le sujet (un pique-nique !) et son évocation (une « pacification de ventres affamés ») constituent un clin d’œil au lecteur, tout cela dans le contexte de Bibracte et des Commentaires sur la Guerre des Gaules de César.

1. Majuscules pour Fontem et Matris : la traduction Fontaine-la-Mère a été préférée bien que les 2 termes ne se trouvent pas à coté mais, en poésie latine, c’est fréquent à cause de la contrainte de la scansion.

2. L’auteur accorde Bibracte au masculin ; repertum : participe passé de reperio : « trouver après recherche ».

3. L’auteur passe volontairement au présent : présent de narration pour effet de surprise et rupture dans le récit au passé.

4. Citation des  Bucoliques de Virgile : Mélibée et Tityre

Églogue I – traduction en vers Henri Laignoux (1939)

Virgile met en scène deux bergers, Mélibée, dépossédé de son patrimoine, prend le chemin de l’exil. Tityre, protégé par un dieu, restera paisible possesseur de son petit domaine.

MELIBOEUS MELIBEE
Tityre, tu patulae recubans sub tegmine fagi,
Silvestrem tenui musam meditaris avena ;
Nos patriae fines et dulcia linquimus arva ;
Nos patriam fugimus ; tu, Tityre, lentus in umbra,
Formosam resonare doces Amaryllida silvas.
Mollement étendu sous l’ombre de ce hêtre,
Tu reposes, Tityre, et sur ton chalumeau
Tu charmes tes loisirs au son d’un air champêtre
Qu’accompagne à son tour le murmure de l’eau.
Et nous, Tityre, et nous ! Loin de notre patrie,
Loin de ses blonds guérets, de ses vertes prairies,
Nous fuyons. — Nous fuyons ! et lui, l’heureux Tityre,
Il apprend aux échos des forêts à redire
Le nom d’Amaryllis, ses plus chères amours…
Ah ! que puisse Tityre être heureux pour toujours !

5. Pacare : le sens de « pacifier » (de pax : la paix) a été volontairement gardé, en résonance avec la présence de César à Bibracte et de son Bellum Gallicum.

6.  Edit : 2 verbes différents mais qui ont des formes communes : edit ( avec e bref) = « manger » et edit (avec e long) = « faire sortir » ; il aurait été logique de choisir le premier puisqu’il s’agit de « calmer des ventres affamés » mais on a vota, accusatif C.O.D., donc le choix se porte sur le second, et la scansion confirme que le e de edit est long.

 

Marie-Hélène Lidec


1 réflexion sur « L’Album des visiteurs du Beuvray »

  1. Ping : Le pharaon Jules Grévy à Bibracte et la campagne de Tunisie contre les Khroumirs – Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.