Dédicace du Congrès scientifique de France

Congrès scientifique de France

9 septembre 1876

 Le congrès scientifique de France, réuni

au BEVVRAY pendant sa XLII : session

a décidé à l’unanimité, l’inscription suivante

sur le mur de la maison de M. Bulliot.

AEMULE SI POTES ET

NOSTROS IMITARE

LABORES

Envieux, si tu le peux aussi,

imite notre œuvre.

Remarques sur la dédicace latine

Cette dédicace est la copie, presque intégrale, d’une autre découverte sur un monument par A. Héron de Villefosse, au cours d’une mission  l’année précédente, en 1875, en Algérie. Celle-ci était la suivante : « Aemule, si qui potes, nostros imitare labores. », qui peut se traduire par : « Envieux si tu le peux de quelque manière, imite notre œuvre. »

Cette dédicace est versifiée : c’est un hexamètre dactylique, vers classique de la poésie latine.

Cela implique donc qu’un des membres de ce congrès scientifique avait eu connaissance de cette dédicace découverte en Algérie. La légère altération ( « et » à la place de « qui ») prouve que la personne ne l’a pas recopiée mais en a eu la réminiscence. Elle a su remplacer le terme manquant en latin par un autre de même valeur pour garder le schéma de versification (mot d’une syllabe). Cela pouvait être un archéologue, ami ou proche d’Antoine Héron de Villefosse, archiviste paléographe et archéologue,  nommé membre de la Commission de Topographie des Gaules en janvier 1876. Jacques-Gabriel Bulliot était un correspondant de cette même Commission depuis 1865.

NB : pour de plus amples renseignements sur la dédicace d’Algérie, on peut se reporter à l’article de Messieurs Thévenot et Dupuis : « C’est à la hauteur de Ras el-Ma qu’en 1875 A. Héron de Villefosse, au cours d’une mission en Algérie, découvrit, surplombant l’oued d’une vingtaine de mètres, un petit mamelon couvert de ruines connu alors sous le nom d’Henchir Fegousia. (…) Il découvrit également plusieurs inscriptions, une épitaphe : D(is) M(anibus) s(acrum);/ C(~-) Primu/s anis uics/it LXXXX, m(ensibus) IIII, eredes eius / patri mer<en>ti (C, 2522), un « tombeau en forme de caisson », surtout deux pierres portant sur leurs faces opposées deux textes distincts se complétant d’un bloc à l’autre. On pouvait donc lire d’un côté Aemule, /si qui potes, // nostros imi/tare labores et de l’autre Sibeneuoluses, /gaude ! // Simaleuolus es, /geme ! [CIL 2521). »

 In Morizot Pierre, Dupuis Xavier, Moenia quisque facit famae eternae studet ille . La dédicace versifiée des praedia d’un clarissime à Henchir Fegousia (Numidie méridionale), Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 145ᵉ année, n. 2, 2001, p. 893-917 [lire en ligne].

Transcription, traduction et annotation : Marie-Hélène Lidec

Voir aussi le “Rapport sur l’excursion faite le samedi 9 septembre 1876 au mont Beuvray”, Congrès scientifique de France, quarante-deuxième session tenue à Autun du 4 au 13 septembre 1876, volume 1, Dejussieu, 1877, p. 79-97 [lire en ligne].


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.