Un bien pour toujours. Une dédicace en grec ancien de l’Album des visiteurs

La Légende raconte que se dressait
à cet endroit, autrefois,  peuplée de Gaulois,
une importante forteresse, mais moi, qui en archéologie
n’ai jamais eu de connaissances précises, je m’en soucie
comme d’une guigne. Quoi qu’il en soit, devant Zeus
et les nymphes du lieu, devant la déesse
Bibracte et le vieillard semblable à un dieu,
prêtre de la déesse, aussitôt monté, je me prosterne.

3 septembre 1896.
Louis Guignot.

ΚΤΗΜΑ ΕΙΣ ΑΕΙ

Ό Μῡθος ἀναφἐρει ὅτι ἔστηκεν
ἐνταυθὶ πάλαι ἀνδρῶν Γαλατῶν μέγα
φρούριον͵ ἀλλά μοι͵ ἅτε τὰ ἄρχαια
μηδέποτε σαφῶς εἰδότι͵ ταῦτα πάντως
ἀμέλει. Τὸν μέντοι Δία͵ καὶ τὰς τοῦ
τόπου νύμφας͵ καὶ τὴν θεὰν τὴν
Βίϐρακταν͵ καὶ τὸν ἀντίθεον γέροντα͵ τὸν τῆς
θεᾶς ἱερέα͵ ἀναϐὰς ἤδη προσκυνῶ.

3 septembre 1896.
Louis Guignot.

Ce texte en grec ancien a été écrit avec un soin particulier, tant au niveau de la graphie que de la langue grecque. Louis Guignot devait être un fort en thème grec ! Il adopte un ton léger, digne d’un potache, n’hésitant pas à souligner le grand âge de Jacques-Gabriel Bulliot, 79 ans en 1896,  même si le terme grec γέροντα  (géronta) évoque tout à la fois chez les Grecs, la vieillesse et la sagesse. Il a recours à un jeu de mots en rapprochant ἀναϐὰς (anabase),  participe passé du verbe « monter » et προσκυνῶ  (proskuno) : « je me prosterne », le soulignant par l’adverbe ἤδη  (édé) : « aussitôt ». Comment ne pas penser à un personnage tout droit sorti d’un film comique, Charlot ou Monsieur Hulot ?

C’est en accord avec ce ton que je propose de traduire  μοι πάντως  ἀμέλει  (moï panthôs améleï), qui signifie : « pour moi absolument pas d’inquiétude », par « je m’en soucie comme d’une guigne », clin d’œil au patronyme de ce visiteur.

Il n’en reste pas moins que, sous un aspect de dilettante, Louis Guignot, fin lettré,  rend hommage à Bulliot. S’il inscrit le site dans la Légende avec le terme Μῡθος (Muthos) placé en tête avec une majuscule, en choisissant comme titre une citation de Thucydide tirée de La guerre du Péloponnèse (1,22), il place Bulliot sous les auspices de celui qui est considéré comme le premier historien pour avoir eu conscience de faire une œuvre comme « un bien pour toujours », en cela qu’elle avait pour but de débusquer des vérités pouvant s’appliquer à d’autres temps. Il renvoie Bibracte à un contexte ancien : πάλαι (palaï) : « autrefois », τὰ ἄρχαια (ta arkhaïa) : « les choses anciennes », traduit par « archéologie » pour rappeler le terme grec. Mais il l’installe dans une réalité précise : un lieu ἐνταυθὶ  (èntauthi) : « à cet endroit », appelé plus loin  Βίϐρακταν : Bibracte, habité par des hommes clairement identifiés ἀνδρῶν Γαλατῶν  (andrôn Galatôn) : « des hommes Galates », les Gaulois. Il montre ainsi clairement qu’il se range à l’avis de Bulliot en faisant de ce lieu la capitale des Eduens. De plus, en invoquant les divinités grecques : Τὸν Δία (Dia) : Zeus, τὰς νύμφας (tas numphas) : « les nymphes », et païenne : τὴν θεὰν τὴν Βίϐρακταν (tèn théan tèn Bibractan) : « la déesse Bibracte », et en faisant de Bulliot son prêtre : τὸν τῆς θεᾶς ἱερέα  (hiéréa), semblable à un dieu : ἀντίθεον  (antithéon), Louis Guignot se place en disciple du grand maître.

Les recherches permettent de cerner le personnage qui fait partie du cercle rapproché des admirateurs de Bulliot. Âgé de 34 ans, il est né le 24 avril 1862 à Autun d’un père menuisier. Licencié ès Lettres, il est à cette date professeur de rhétorique au collège d’Auxonne et, depuis un an tout juste, le 4 septembre 1895, membre de la Société Éduenne, présidée par Bulliot.

Transcription, traduction et annotation : Marie-Hélène Lidec



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2020, 4 mai). Un bien pour toujours. Une dédicace en grec ancien de l’Album des visiteurs. Bulliot, Bibracte et moi. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lw4i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.