Le Fou du Loup

On voit sur le sommet du Beuvray à droite de la voie, à l’extrémité de la montée rapide qui débouche sur le plateau un hêtre appelé le Fou du loup. La veille de la Pentecôte 1815, cet arbre servit de refuge à divers gardiens de bétail, attaqués par un loup enragé.

E. Geoffroy Saint-Hilaire, F. Cuvier, Histoire naturelle des mammifères, t.II, Paris, C. de Lasteyrie, 1819.

Une femme de Les Chenaux amenait son bétail pacager dans la Côme Chaudron et aperçut le loup. Elle ferma la barrière devant le loup qui reprit la voie venant du Rebours au Beuvray, en longeant la pâture dans laquelle était restée la femme, elle revit le loup à la jonction des deux routes de Les Chenaux et du Rebours. Elle prit le premier de ces chemins, pour redescendre au village, et signala la présence de l’animal à trois hommes occupés à clore une haie, auprès de l’Écluse. Ils montèrent au sommet du plateau, armés l’un d’un vouge, l’autre d’une hache, le troisième, d’un pieu. Aussitôt arrivés, ils crièrent pour attirer le loup, qui se présenta et sauta, se dressant sur deux pattes sur celui du milieu. Son voisin lui fendit le ventre d’un coup de hache, l’autre lui brisa les reins d’un coup de vouge.

[Les bergers défendant leur troupeau] estampe de Jacques Callot.

Les Bergers avant leur arrivée, poussaient des cris de désespoir. Le loup se précipita sur une femme qui le saisit à bras le corps et le terrassa en appelant au secours les autres pâtres, réfugiés sur le fou du loup, mais personne ne consentit à descendre, et elle fut dévorée, une autre femme, attaquée par lui se défendit en lui jetant, pièce à pièce diverses parties de son costume, et put ainsi atteindre l’arbre où elle monta. Le loup marchait avec une rapidité extraordinaire, il mordit tout le bétail et la femme descendant de son arbre à la faveur de cette diversion, put revenir à Les Chenaux, où elle fit rougir une pelle de feu et cautérisa ainsi elle-même sa blessure. Les gens de Les Chenaux ne travaillent pas ce jour et font dire une messe commémorative. L’un des trois hommes cités plus haut fut mordu au visage (il se nommait Romain) et resta deux ans sans prendre de mal, mais un jour qu’il était couché sous une haie, un chien s’approcha de lui et lui flaira les jambes. La répulsion fut telle qu’il prit la terrible maladie. Les gens du lieu sont convaincus que le DGeoffroy lui donna des remèdes pour le faire périr.

Carnet de fouille n° 4 (1870), p. 42-43.
Transcription Isabelle Lagoutte


Bibliographie

Romain Baron, “Les loups en Nivernais”, Mémoires de la Société académique du Nivernais, tome LVII, 1971.

Jacques-François Baudiau, Le Morvand ou Essai géographique, topographique et historique sur cette contrée, Nevers : impr. de Fay père et fils, 1865-1867, 2e éd., p. 356 . En ligne sur Gallica.

« Les loups dans le Morvan », à lire en ligne sur le site Eulglod/Morvan.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.