Trous de poutres

Carnet de fouille n° 3, Beuvray CC 1869, p. 96-97.

[97]

Bien que le quartier des forges et surtout les  maisons d’orfèvres aient dû représenter une certaine  richesse, aucun luxe apparent ne s’y est révélé.  Les établissements y sont vastes, composés de plusieurs  compartiments, mais presque tous n’étaient bâtis qu’en bois, et la pierre de taille y apparait à peine,  ces maisons de bois sont généralement enfouies à  une certaine profondeur de un  à deux mètres, leurs trous poutres sont partout accusés d’une manière certaine. Nous parlerons une dernière fois de ce signe de reconnaissance des habitations enfouies des Gaulois, aucune uniformité  ne règne ni dans la profondeur ni dans l’agencement de ces trous, sur le bord de la voie où le sol est dur et pierreux,  et le béton coulé très dur et où les boutiques temporaires peut-être ne formaient certainement qu’un hangar en rez de chaussée, les trous ne dépassent pas  025 à 030 de profondeur, pour des bois de 0,20 à 0,25 de diamètre. La carcasse de la construction, très régulière, du reste, n’était pour ainsi dire que posée sur le sol et devait surtout sa solidité à l’agencement de sa structure,  mais dans les maisons chargées d’une lourde toiture  et de faitages plus élevés, les bois devaient à la  profondeur de leur enfouissement une partie notable  de leur fixité. Cet enfouissement atteint [98]  jusqu’à 0,60 et même 0,70. On serait parfois  tenté de croire qu’ils ont été posés debout  sur le sol excavé et ensuite enterrés dans  un remblai subséquent, surmonté du béton.  Leur empreinte ronde est moulée avec une précision si parfaite dans la couche ambiante, qu’elle ne pourrait s’expliquer par une excavation creusée simplement pour recevoir le pilier. Le sol environnant dans ce  cas, aurait été irrégulièrement attaqué, et le  tassement même au pilon aurait  produit difficilement une pareille homogénéité. Les trous quelquefois sont pavés, comme dans  le grand atelier des forgerons, et revêtus intérieurement de pierres, placées pour les consolider et  forcées à coups de masse. Ce travail  a pu être opéré dans les deux systèmes, et la  pierre parait surtout remplir un rôle d’assainissement. Les bois étaient indistinctement ronds ou carrés, on en trouve même d’oblongs, et  dont la forme indique évidemment des pièces   désciées dans de gros arbres. L’un d’eux au n°24  n’a que 0,10 de diamètre sur une face et 0,32 sur l’autre. Il est parfaitement muraillé partout sur 0,40 de profondeur. celui  de l’angle voisin a 0,65 de profondeur.

Les trous, la plupart du temps, marquent  les contours de la maison avec une ligne de division de l’avant à l’arrière pour supporter le faitage, mais dans les constructions tant soit que  étendues, il existe plusieurs lignes de [99] poteaux à l’intérieur.

Carnet de fouille n° 3, Beuvray CC 1869, p. 97-99.
Transcription Bruno Ragon



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2020, 7 janvier). Trous de poutres. Bulliot, Bibracte et moi. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lw4f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.